Archives de catégorie : Canada

Road Trip 3: Québec city

Ce raod trip débute par la visite de la région de Québec.

Pour moi, Québec n’est pas une découverte cependant  le décor est totalement différent. En effet, la dernière fois nous sommes venus avec Alex et Estelle en hiver. En automne ça n’a rien à voir : il n’y a pas de neige !!!

La visite de la ville débute sous la pluie le vendredi soir. Temps de marde sur la vieille capitale qui nous empêche d’apprécier le charme des monuments éclairés.

Le samedi nous partons donc visiter la ville : le port, la vieille ville, le château Frontenac, les plaines d’Abraham, le parlement du Québec, … Pour finir la journée, nous partons direction l’île d’Orléans qui se trouve en plein milieu du St Laurent.

L’Île d’Orléans est l’un des plus anciens lieux de peuplement de la Nouvelle-France. On trouve d’ailleurs sur l’île de nombreuses fermes ainsi qu’une importante concentration de maisons de pierres datant du régime français. Elle est aujourd’hui très réputée pour la production de vin, de fraise et de framboise.

Le lendemain, direction la chute Montmorency, le canyon St Anne et la basilique Saint Anne de Beaupré en empruntant « la route de la nouvelle France ». La journée se termine à Baie St Paul dans le Charlevoix.

Pfff c’est quand même magnifique cette région 🙂

Raod Trip 2: La conquête de l’ouest

Voilà, la boucle est bouclée !  Ce road trip, deuxième du nom, est maintenant terminé 🙁

Nous sommes partis le 4 septembre 2008 à la conquête de l’ouest. Trois semaines plus tard, 6000km d’avion (aller-retour) et 7500km de voiture plus loin, nous revoilou à Montréal 😉


Agrandir le plan

Vous retrouverez l’ensemble des articles sur ce road trip en parcourant ce blog (vers le bas de la page) ou en cliquant sur les liens suivants :

Raod Trip 2: Alberta

Direction vers notre point de départ : Calgary. Mais avant, nous nous arrêtons dans les parcs de Jasper et Banff au Nord ouest de Calgary.

Un petit plan pour commencer:


Agrandir le plan

Jasper National Park :

Les montagnes rocheuses ça vous gagne aussi !

Au programme de la journée: des Glaciers, des Chutes et des Canyons.

Un petit défi pour vous: trouver la définition du panneau jaune!!!

Et hop un petit lien : Wikipedia

Banff National Park :

Ba ça aussi c’est super cool comme coin 😉

Les lacs sont bleu turquoise, sans le froid et la neige des sommets, on se serait cru sur une îles du pacifique.

Encore un p’tit lien : Wikipedia

Calgary :

Avec l’exploitation des sables bitumineux,  la ville explose ! Du coup, il est presque impossible de se loger et tout est assez chère alors que la province de l’Alberta vient de supprimer les taxes 😉 Ba oui, ils ont plus besoin des taxes car ils sont plein de fric avec le pétrole … Long débat au Canada !

Pour les sportif, on a pu découvrir les installations olympiques des jeux d’hiver 1988

Raod Trip 2: British Columbia

Retour vers le Canada !!!

Nous prenons le ferry à Port Angeles direction l’ile de Vancouver et plus particulièrement Victoria (la capitale de la Colombie Britannique).

Tout ça, c’est quelque pars par là :


Agrandir le plan

La ville de Victoria :

Tout simplement magnifique comme Québec son équivalent pour la province du Québec.

Pour en savoir plus, cliquez sur ce lien : Wikipedia

Sinon, regardez ça :

Tofino :

C’est « THE » spot pour le surf, la fête, … Mais ce lieu est mondialement célèbre pour l’observation des baleines et des ours.

En effet, de nombreuses espèces de baleines passent très régulièrement le long des cotes de l’île de Vancouver et nous en avons profité 😉

Pour tout savoir sur l’ile de Vancouver : Wikipedia

Vancouver :

Un lien, comme d’hab : Wikipedia

Les Laurentides !

Quoi de mieux qu’un bon bol de nature dans la campagne bien perdu du Québec !

Les Laurentides (numéro 15 sur la carte et autant d’habitants au m²), à l’ouest de Montréal (numéro 06 sur la carte), est une région très touristique l’hiver pour ses nombreuses stations de ski et l’été pour ses lacs, ses forêts … la nature quoi !

Première étape : Le parc « Sepaq » du Mont Tremblant.

Des lacs, des chutes d’eau, des forêts, des bibites (moustiques de marde), des loups (c’est très rare car il y en a que 35, mais on en a vu un 😉 ), des chipmunks (mieux connus sous le nom de Tic et Tac) et de la marche à pied.

Les parcs nationaux du Québec sont vraiment bien entretenus et permettent de se retrouver en pleine nature et dans le calme le plus total.

Après quatre heures de marche, nous penons la direction du gîte « L’été Indien » situé sur la commune de Brébeuf (pourquoi pas). La maison est superbe et grâce au jacuzzi nous avons pu nous détendre et bien récupérer pour bien repartir le lendemain matin.

Deuxième étape : Le village de Mont Tremblant.

Avec un bon et gros brunch dans le ventre, nous partons avec les conseilles de la propriétaire du gîte louer deux vélos. Sur la route et après avoir croisé une biche, nous visitons le village et de la station de ski de Mont Tremblant (la plus réputée du Québec) avant de rattraper « le p’tit train du nord » (piste cyclable de 200 km).

Super ballade! Et pour récupérer de nos efforts, rien de mieux qu’une petite Guiness et un bon burger 😉

La pluie s’installe sur le village, mais c’est pas très grave car nous partons 120 km plus loin rejoindre notre tipi pour passer la nuit …

Troisième étape : Les hautes Laurentides.

Malgré le feu, la nuit fut plutôt fraiche dans le tipi (faut dire que cette année, la météo n’est pas géniale).

Direction le trou du cul du monde « Ferme Neuve » pour prendre un bon p’tit déj avant de partir faire une randonnée dans la forêt. Le sentier est vraiment sympa (malgré les bibites 🙁 ) et très spongieux (ça explique les bibites). Il nous mène vers un lac où un castor a fabriqué un énorme barrage (m’enfin pour une bête de cette taille, je trouve ça énorme !).

La ballade terminée, nous reprenons la voiture pour aller voir la chute Windigo avant de retourner dans noter tipi jouer aux indiens et déguster notre soupé au feu de bois.

Quatrième étape : Le retour

Ba oui, on est pas loin de Montréal mais y a quand même trois heures de route.

Visite (ou pas) de Mont Laurier mais en fait y a pas grand chose à voir. Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons à « Rivière Rouge » pour se balader dans un parc ornithologique et observer plein de sorte de piaf.


Agrandir le plan

Le WE de quatre jours est fini. Nous arrivons à Montréal sous un violent orage … on a vraiment un temps pourri cet été 🙁

L’été à Montréal, c’est festival !!!

Après le grand prix de F1, le festival Mutek, le festival international de jazz, le festival nuit d’Afrique, …………. Voici le festival « Juste pour rire« .

Dans le cadre de se festival nous avons, pour seulement 39$, acheté une place pour aller voir François Xavier Demaison et une carte « Assurance tout rire » qui permet d’assister à n’importe quel spectacle à la dernière minute et gratuitement (si il reste des places bien sûr).

On s’est donc gavé de « One man show » avec Anthony Kavanagh, François Xavier Demaison, Arthur (c t gratos), Edouard Baer et pour finir « Les ex », un petit spectacle du genre « un gars, une fille » sauf qu’en québécois c’est super chaud pour tout comprendre 😉

On est également voir deux films « Ma vie n’est pas une comédie romantique » (bon film) et « Bienvenue chez les ch’tis » (avec accès au cocktail VIP d’avant film: bon plan pour picoler des bières gratis 😉 )

Vous l’aurez compris, ce festival est un événement très important à Montréal et anime pendant trois semaines le centre ville.

Un festival se termine et un autre débute … on enchaine direct avec « Les francofolies de Montréal« , avec de superbe soirée dans les rues de Montréal 😉

La cabane à sucre

Et oui en mars et avril c’est le temps des sucres ! Ce qui correspond ici à la période de récolte de l’eau d’érable.

Je vais pas vous raconter exactement comment qu’ils font car en fait je ne sais pas vraiment 🙂 . Je vais quand même vous faire un petit « copier/coller » maison un peu plus bas.

Pour marquer le coup, nous sommes quand même allés manger à la cabane à sucre   « A la feuille d’érable« , au menu :

Hors d’oeuvre

  • Cretons
  • Salade de chou
  • Betteraves
  • Cornichons
  • Petits pains chauds
  • Soupe aux pois

Plat principal

  • Omelette cuite au four à bois
  • Jambon fumé à l’érable
  • Jambon forêt noir
  • Pommes de terre rissolées
  • Fèves au lard
  • Grillades de lard

Desserts

  • Tartelettes au sucre
  • Crêpes
  • Beignets
  • Bouchées à l’érable
  • Grands-pères dans le sirop
  • Oeufs dans le sirop
  • Tire d’érable

Boissons

  • Café
  • Thé
  • Lait

Malheureusement, nous y somme allés un soir et un petit peu trop tard dans la saison. Nous n’avons donc pas pu observer la récolte de l’eau d’érable et sans la neige ça perd un peu de son charme.

Voici quelque photos (toujours pas de camera 🙁 Merci Freddy ):

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Récolte de l’eau d’érable

Les acériculteurs collectent l’eau d’érable à la fin de l’hiver ou au début du printemps, suivant les régions, lorsqu’il reste de la neige au sol et que des nuits de gel sont suivies par des jours de dégel. En effet, cette eau contient environ 2% à 3% de sucre. Ce sucre est stocké dans les racines à l’automne où il passe l’hiver. Au printemps, il monte par dessous l’écorce dans la totalité de l’arbre afin de fournir l’énergie suffisante pour relancer son métabolisme.

L’eau d’érable n’est pas la sève ! Celle-ci, nettement plus chargée en minéraux et molécules organiques complexes, ne remonte par les racines que lorsque le métabolisme de l’arbre est relancé. L’arrivée de la sève et de son goût amer marque la fin de la récolte d’eau d’érable. Donc, on ne récolte pas la sève mais l’eau d’érable.

Goutte d’eau d’érable

On ne récolte jamais l’eau d’un érable dont le tronc fait moins de 20 cm de diamètre. La règle générale est donc d’attendre jusqu’à 45 ans après la plantation d’un érable avant de commencer à récolter son eau. Cependant, un érable à sucre peut vivre jusqu’à 300 ans, voire davantage. Il peut donc donner de l’eau à chaque printemps pendant un grand nombre d’années.

Évaporation

C’est uniquement après l’évaporation que l’eau devient plus consistante et donne naissance au sirop d’érable. Il faut entre 35 et 40 litres d’eau d’érable pour obtenir un litre de sirop.

Il est important d’évaporer ni trop, ni trop peu. Car, si le sirop est trop dense, il va cristalliser. Et, s’il est trop liquide, il risque de fermenter. La température idéale à donner au sirop d’érable est de 3,5 °C de plus que la température d’ébullition de l’eau, par exemple, à 101,3 kPa, l’eau bouillant à 100 °C, le sirop sera prêt lorsqu’il atteindra 103,5 °C. Il faut adapter ces valeurs à celle de la pression atmosphérique du lieu (altitude) et du moment. On peut aussi mesurer la densité du produit fini à l’aide d’un hydrotherme.

Le sirop d’érable est ensuite classé par teinte : d’extra clair à foncé. Plus le sirop est clair, meilleure est la classe, mais moins le goût est prononcé. Le sirop le plus fin est produit en mi-saison. Pendant longtemps, la préférence est allée vers un sirop d’érable qui soit le plus clair possible. Pour comprendre cela, il faut savoir que, jusqu’au XVIIIe siècle, le sirop d’érable était principalement consommé directement par les producteurs ou par leurs proches. À l’époque, il était pour ces personnes plus difficile et plus cher d’obtenir du sucre de canne que du sirop d’érable. On cherchait à obtenir un sucre d’érable qui se rapproche le plus possible du sucre de canne. Aujourd’hui, certains reviennent à des sirops plus colorés car ils ont un goût plus prononcé.

Les différentes qualités de sirop et d’eau d’érable influent sur le processus, généralement réalisé à la cabane à sucre.

(source : Wikipedia)

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ski à Sutton

Un dimanche magnifique. Il fait pas très froid (-2 °C) et nous en profitons pour partir faire un peu de ski (avant la fin de la saison) au Mont Sutton qui se trouve a environ 1h30 de route de Montréal et à 10 km de la frontière américaine.

Cette station est incontournable dans une saison. Avec 460 m de dénivelé (youhou 😉 ) et 53 pistes, c’est LA station. Le bas se trouve à presque 500m d’altitude et le haut atteint presque les 1000 m … truc de ouf !

Le paysage est vraiment superbe et les très nombreux sous-bois nous on permit de passer une très très bonne journée de ski (avec quelques coups de soleil à la clè 🙂 )

Il n’y a malheureusement pas de photos. En effet, jeudi dernier (le 27 mars) notre appartement à été cambriolé et l’appareil photo numérique a disparu 🙁 .

Je vous laisse apprécier le site de la station en cliquant sur le lien suivant : Mont Sutton